Fédération de l'Hérault

Fédération de l'Hérault
Accueil
 
 
 
 

SANOFI-AVENTIS : Les élus Communistes et Républicains de l'Hérault écrivent aux présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale.

Monsieur le Président,

Le Président de la République a promis d’inverser la courbe du chômage pour 2013,  pourtant chaque jour la liste des plans sociaux et des licenciements boursiers ne cesse de s’allonger un peu plus.

La crise « austéritaire » mise en œuvre partout en Europe, et assumée par le Gouvernement au nom de la compétitivité, plombe toute possibilité de reprise et donc l’emploi.

Face à ce naufrage, les salariés de PSA, de Renault, de Sanofi, de Virgin, de Pilpa, de Fra lib, de Sodi Médical etc…font cause commune pour défendre l’emploi, en s’opposant aux licenciements. En faisant cela, ils défendent l’outil industriel et l’intérêt national.

A Montpellier, les « Sanofi », semaine après semaine, agissent en interpellant la population, les élus, les ministres, le Président de la République, pas seulement pour préserver l’existant mais aussi pour la création d’emplois nouveaux et le développement des activités de recherche publique et privée en Languedoc Roussillon.

Avec leurs organisations syndicales, ils ont démontré la pertinence à préserver les pôles recherche et le développement sur le site de Montpellier. Rien ne justifie la perte de ce potentiel et les licenciements. Rien, non plus,  ne justifie que les « Sanofi » ne soient pas entendus.

Depuis de longs mois, les élus communistes et républicains ne lâchent rien tant sur le plan national que dans l’Hérault. Ils exigent que la gauche majoritaire fasse, au Parlement et  au Sénat, ce que l’on attend d’elle pour le présent et l’avenir.

Comme l’a annoncé André Chassaigne, député Communiste-Front de Gauche et Président du Groupe à l’Assemblée Nationale, lors de sa venue dans notre département, les parlementaires du Front de Gauche vont déposer, dans les jours qui viennent, une proposition de loi « interdisant non seulement les licenciements boursiers, mais aussi ceux fondés sur des motifs qui n’en sont pas » ; une majorité de gauche existe, à l’Assemblée comme au Sénat, pour que cette loi soit votée.

Il est plus que temps de passer aux actes.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre très haute considération.

François Liberti,
Conseiller général,
Vice-président du Conseil général 34
Président de l’Association des Elus Communistes et Républicains de l’Hérault

Nadine Despretz
Conseillère municipale de Frontignan déléguée à la jeunesse,
Secrétaire de l’Association des Elus Communistes et Républicains
.

 

 

 

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.