Fédération de l'Hérault

Fédération de l'Hérault
Accueil
 
 
 
 

Soyons au rendez-vous de la rentrée sociale !

Montpellier, le 5 juillet 2016

Fédération de l’Hérault

Pour la deuxième fois depuis l’examen de la loi travail au Parlement le gouvernement vient d’utiliser le 49-3 pour faire passer en force, sans le moindre débat, son projet rétrograde pour les droits des salariés. C’est le Premier Ministre Manuel Valls, devant l’Assemblée Nationale, dans un discours oscillant entre le mépris de classe et la méthode Coué, qui vient de l’annoncer. Les députés, élus du peuple, n’auront donc pas eu l’occasion d’avoir le moindre débat sur un projet rejeté par l’immense majorité des Français.

Quel déni de démocratie ! Quelle honte pour un gouvernement, avant tout élu pour chasser Sarkozy et ses méthodes autoritaires et qui n’aura au final que renforcé la fuite en avant du débat démocratique, des acquis sociaux, du déni des aspirations populaires pourtant jamais autant exprimées sous un gouvernement socialiste !

En vertu de ce fameux article 49-3 de la constitution, une motion de censure peut maintenant rejeter le texte de loi et faire tomber le gouvernement Valls dans le même mouvement. La droite a d’ores et déjà annoncée qu’elle ne posera pas de motion, pour un texte qu’elle aurait voté des deux mains s’il n’y avait besoin de marquer des postures en vue des présidentielles. Elle a joué à merveille son rôle, dans le Sénat qu’elle dirige, en allant encore plus loin dans la politique antisociale ce qui permet à Manuel Valls d’oser invoquer la défense des droits des salariés pour justifier son coup de force !

Comme en première lecture, les parlementaires communistes mettront tout en œuvre pour qu’une motion de censure de gauche soit mise aux voix. Début avril, il avait manqué deux voix de députés socialistes dits « frondeurs » pour qu’elle ne soit présentée. Dès demain c’est à chacun de prendre ses responsabilités, d’accepter ou non la mise au pas du débat parlementaire, de soutenir ou non un projet de loi rejeté par la majorité des français, de maintenir en place ou non un gouvernement qui a trahi les aspirations populaires.

A un an des législatives, les électeurs regarderont de près les positionnements de chacun et ils sauront s’en souvenir. François Hollande et Manuel Valls ne trompent personne avec leurs « primaires de la gauche de gouvernement », s’ils voulaient un débat démocratique il leur suffisait d’écouter le peuple. Ils ne trompent personne non plus avec l’épouvantail de l’extrême-droite qu’ils agitent depuis le brexit pour remettre sur scène un FN absent depuis le début de la lutte,si ce n’est pour instrumentaliser les casseurs contre les syndicats qu’ils abhorrent. La France, l’Europe et le monde ne sont pas condamnés à subir le joug de l’ultranationalisme ou de l’ultralibéralisme, les peuples doivent briser l’étau dans lequel les forces politiques qui soutiennent le capital cherchent à les enfermer. En France cela passe par la poursuite de la lutte contre la loi travail. Après la saison estivale qui doit nous permettre de continuer à convaincre et échanger avec les salariés, notamment dans l’Hérault les saisonniers qui sont parmi les plus précaires.

Soyons au rendez-vous de la rentrée sociale !

Créons les conditions politiques pour dégager lors des échéances présidentielles et législatives une majorité qui ne trahira pas les salariés une fois élue, qui soit le seul véritable rempart contre la droite et l’extrême-droite, contre les politiques d’austérité, pour le progrès social et pour des conditions de vie et de travail dignes du XXIème siècle !

C’est l’action que mènent et continueront à mener les militants communistes héraultais, notamment au travers de la Grande Consultation Citoyenne lancée par le PCF.

Nicolas Cossange

Secrétaire Fédéral PCF 34

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.