Fédération de l'Hérault

Fédération de l'Hérault
Accueil
 
 

Féminisme - Communisme (décembre 2013) 2014 : et si on osait révolutionner nos mentalités ?

 
 

L’année 2013 se termine, et malgré la fatigue, nous avons le sentiment d’être beaucoup intervenues sur la scène publique, comme en interne, sur l’urgence de faire reculer le sexisme.

Nous avons tenté de faire partager notre conviction, celle que le féminisme est le vecteur de toute transformation sociale. Ce fut même l’objet d’une contribution au Congrès, Le féminisme ne tue pas, qui a été intégrée dans les documents de préparation. Des formations ont été organisées dans des sections et des fédérations. L’Union des étudiants communistes (l’UEC) a été particulièrement active, notamment en organisant, dans plusieurs facs, une semaine féministe autour du 8 mars. Et puis, parce que pour certains les problèmes sociétaux seraient secondaires par rapport aux grandes questions économiques, nous avons sorti une brochure, en collaboration avec la Fondation Gabriel Péri, intitulée : Et si les femmes révolutionnaient le travail ?

Réflexion, mais également actions, pour remettre en cause tous les mécanismes qui entretiennent les femmes dans un statut de subordination. Ainsi, nous avons profité des moments symboliques, comme le 8 mars et le 25 novembre, pour manifester notre colère et faire partager nos propositions.

Parallèlement, nous nous sommes inscrites dans les campagnes du PCF pour nous attaquer, notamment, aux questions de précarité et de flexibilité qui touchent majoritairement les femmes. Totalement impliquées dans le Front de gauche féministe, nous avons marqué de notre présence nombre de manifestations et de rassemblements. C’est dans cet esprit unitaire qu’a été élaborée la manifestation des femmes contre l’austérité en juin dernier. Malheureusement, nous ne parvenons pas à lui donner les prolongements souhaités, même si nous avons participé à l’action du 14 décembre contre les bas salaires et les conditions de travail des salarié-e-s du commerce.

Au-delà de notre pays, nous sommes également intervenues au niveau européen, au travers du réseau féministe du PGE, EL-Fem, ainsi qu’au niveau international.

Il reste beaucoup à faire pour que le Parti communiste agisse sur tous les terrains en « chaussant des lunettes féministes ». Les élections municipales et européennes doivent en être l’occasion.

Je fais mienne la déclaration de Louise Michel : « La femme de demain ne voudra ni dominer, ni être ni dominée. »

Bonnes fêtes à toutes et à tous et à l’année prochaine.

Laurence Cohen

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.