Fédération de l'Hérault

Fédération de l'Hérault
Accueil
 
 
 
 

Municipales 2014 : poursuivre notre ambition écologique !

Les communes ont souvent une longueur d’avance écologique. Les maires et les élus communistes, au sein d’équipes de larges rassemblements, ont, de tout temps, décidé d’actes de gestion pour préserver l’environnement dans le cadre de rapports harmonieux homme/nature, et pour valoriser la biodiversité en s’appuyant sur le service public.
Souvent même, ils ont impulsé de grandes politiques environnementales au plan local, porté des innovations sociales et écologiques afin de réduire les inégalités. Un bilan reste à faire afin d’en valoriser toutes les richesses. Quant aux militant-e-s communistes, ils sont sur le terrain des luttes pour mettre en avant notre conception du développement humain durable. D’ailleurs le 36e congrès a franchi une étape décisive dans la prise en compte des enjeux écologiques comme élément structurant de notre projet politique.

Face à la crise écologique, les maires et les élus communistes agissent comme de véritables vecteurs démocratiques de sensibilisation, de vigilance et de mobilisation citoyenne. Ils sont un atout irremplaçable pour impulser l’indispensable débat citoyen et le développement des luttes afin d’obtenir de l’État les moyens d’aller plus loin pour la garantie de l’efficacité, la cohérence nationale et l’égalité des territoires. Il doit financer en priorité les projets publics locaux efficaces sur un plan écologique et non les leurres de la « libéralisation » repeinte en vert.

Au vu de ces exigences, on ne peut que s’opposer à la loi en discussion sur les métropoles, qui organise partout la réduction de la dépense publique, avec un recul de l’intervention de l’État, une austérité renforcée sur tout le territoire. Pour les communes en particulier, cela se traduit par un dessaisissement considérable de leurs compétences au profit de nouveaux lieux de décisions aux pouvoirs importants, éloignés des besoins et des citoyens. Ainsi, l’urbanisme, l’habitat, la transition énergétique, sources de marchés juteux, seraient-ils confiés aux métropoles intégrées avec pour conséquence une libéralisation accrue, un assèchement des services publics localisés et moins de moyens pour les services publics locaux.
C’est dans ce contexte que les chefs de file ou têtes de liste communistes pour les municipales peuvent s’inspirer de ces quelques orientations ou exigences pour bâtir leur programme d’orientation écologique.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.