Fédération de l'Hérault

Fédération de l'Hérault
Accueil
 
 
 
 

Béziers : Vœux d’Aimé Couquet, conseiller municipal PCF.

Il y avait affluence, sans doute plus d’une centaine de personnes, ce mercredi 23 janvier, au 2 de la rue Voltaire pour la présentation des vœux d’Aimé Couquet, conseiller d’opposition, seul élu communiste de la municipalité.

Il a dès le début de son allocution rappelé que nous étions en guerre et que si nous condamnons « les groupes djihadistes  dont une partie est liée à des réseaux criminels » il reste qu’il n’y a pas de solution militaire aux problèmes du monde actuel.

Il a développé son analyse dans deux directions : 1- la situation nationale ; 2- le contexte local. La défaite de Sarkozy n’a rien réglé quant au vécu de chacun. Le gouvernement a souhaité l’accord du MEDEF et de syndicats minoritaires qui dégrade encore plus le code du travail. Il a  soutenu le plan Gallois dit de compétitivité qui aggrave les conditions d’existence des salariés.

Ce n’est pas en cédant aux injonctions du patronat, qu’elles soient nationales  ou européennes que l’on apporte une réponse aux problèmes des gens. Ce ne sont pas les emplois d’avenir et autres CDD qui vont résorber le chômage et la précarité.

L’austérité n’est pas une fatalité. Précisément ce 23 janvier la Fédération de Gauche engage une campagne pour une autre orientation que l’austérité toujours renouvelée. Ici Aimé Couquet a illustré son propos par diverses mesures à mettre en œuvre pour sortir de la situation que nous connaissons. Un programme, comportant par exemple la création d’un pôle public bancaire et financier,  ainsi par exemple que des dispositions pour le logement social… à appliquer dès 2013.

Il faut rassembler les forces de tous ceux qui n’en peuvent plus de ce qu’ils subissent. On ne peut pas rester dans la logique dans laquelle nous sommes. A  Béziers la caractéristique essentielle est le chômage et la pauvreté qui cohabitent avec des fortunes insolentes.

Raymond Couderc et son équipe municipale ont appliqué avec zèle et conviction des dispositions nationales négatives pour la ville et ses habitants. Ils les ont même quelque fois aggravées et il n’y aucune raison de penser qu’ils vont changer leur politique locale.

C’est toujours au service de l’argent que se font les choix. L’eau, dont le prix serait abaissé, tant au niveau de la consommation que de son évacuation, si on revenait à une régie municipale restera dans l’escarcelle de sociétés privées au moment du renouvellement des contrats.

Aimé Couquet a mis en exergue le fait que liste d’union ou listes dispersées, la municipalité Couderc a été élue dès le premier tour lors des échéances de 2001 et 2008. Ceci étant, nous ne sommes pas condamnés à la défaite perpétuelle. Il s’agit d’offrir des perspectives claires et d’accepter d’aller au fond des choses. Le beffroi Couderc se lézarde et aucune forteresse n’est imprenable. C’est dans cet esprit qu’il a appelé au rassemblement.

Naturellement il ne pouvait pas être programmé de débat après l’allocution prononcée par le conseiller communiste. Toutefois les discussions ont dû aller bon train au moment de l’apéritif qui l’a suivie. Des échos que nous avons pu recueillir il ressort qu’une majorité a été sensible à la perspective d’union, sans peut-être prendre toute la mesure de son contenu. Il s’est trouvé aussi des réfractaires qui ont d’autres projets, d’autres stratégies.

Le débat n’est pas clos, c’est le mérite d’Aimé Couquet d’avoir permis qu’il s’ouvre ! A l’évidence c’est une affaire à suivre.

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.