Fédération de l'Hérault

Fédération de l'Hérault
Accueil
 
 
 
 

Montpellier : L’embauche à l’hôpital, C’est urgent, c’est possible !

Le Directeur Général du CHRU de Montpellier a présenté lors de ses vœux le Plan de modernisation de l’hôpital pour être plus performant pour les malades et les personnels soignants.

Nous apprécions cette ambition pour le CHRU, hôpital public, dont l’excellence n’est plus à démontrer.

Pour réaliser ce vaste projet, il faut une mobilisation professionnelle et un financement importants.

Comment faire avec un budget déficitaire ?

La direction annonce la suppression de 300 postes dans le cadre des restructurations et retour à l’équilibre budgétaire.

Est-ce bien raisonnable quand on sait que les personnels effectuent des heures supplémentaires qui au total correspondent à 342 équivalents temps plein.

Supprimer ces 300 postes, cela veut dire que 300 personnes au chômage ne pourront être embauchées au CHRU ! Pour certains secteurs d’activités, la charge de travail va s’alourdir aggravant les conditions de travail des personnels hospitaliers.

Or, les technologies d’excellence et les malades ont besoin de professionnels compétents, épanouis pouvant maîtriser en toute sécurité l’exercice de leur métier.

Evitons les dangers et donnons les moyens au CHRU d’envisager ses projets en toute sécurité.

Comment ?

Alors que le patron des cliniques privées à but lucratif monte au créneau dans la presse contre le projet du gouvernement qui baisse les tarifs des cliniques et hôpitaux privés en 2013, il faut savoir que cette baisse est de – 0,57 %. Dans le même temps, celle du public est de -1,7 % à -2,3 %. Cela impacte le budget des établissements hospitaliers et particulièrement ceux du public.

Ce que ne dit pas le Président national du syndicat des cliniques et hôpitaux privés, c’est que le secteur privé bénéficie du « pacte de compétitivité » et donc du « crédit d’impôt » qui diminue leurs dépenses et augmente donc leurs revenus. Les établissements de la santé ne devraient pas bénéficier de cette mesure réservée aux entreprises du CAC 40 !!! Elle situe de fait la santé comme une marchandise.

Rééquilibrons les choses et demandons aux députés, au gouvernement de prendre des mesures solidaires et sociales.

Une solution :

Il est temps que le ministre de la Santé et du Budget supprime la taxe sur les salaires qui pénalise nos établissements publics. C’est un impôt injuste prélevé sur les budgets des hôpitaux publics.

Au CHRU de Montpellier, la taxe sur les salaires représente 30 millions d’euros par an, cela équivaut à 750 emplois – coût moyen d’un emploi à l’hôpital : environ 40 000 €.

Comparez aux 300 emplois à supprimer et aux 342 emplois à embaucher pour respecter le temps de travail et de repos des agents, cette solution laisse de la marge pour développer la qualité des soins, les relations humaines soignants – soignés et promouvoir la santé de tous.

Œuvrons ensemble pour prendre les mesures qui s’imposent.

Le groupe communiste de Montpellier.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.